Apparemment, le service légal de Games Workshop n’aime pas la science-fiction. Le fabricant de jeux bien connu des geeks jeunes et moins jeunes (vous savez, les Ouaramère, là) a fait retirer le livre d’un auteur indépendant du catalogue d’Amazon. M.C.A. Hogarth en parle sur son blog. Connu pour sa rigidité en matière de licences dérivées, l’éditeur a décidé de passer à l’offensive.

Le motif ? La présence dans le titre du roman des mots Space Marines, apparemment déposés de facto du fait de l’arrivée du hobbyiste sur le marché du livre électronique. L’écrivaine n’ayant pas les moyens de s’opposer à la machine de guerre de l’empire GW, elle ne sait pas quand son livre sera de nouveau disponible. Merci, monsieur Games.

Les questions qui se posent dorénavant sont les suivantes :

• Après les petits indés, le géant de la figurine aura-t-il les burnes de s’en prendre aux éditeurs de tous les auteurs de SF qui ont mis des marines de l’espace dans leurs bouquins ? (1)
• Quels autres termes les grosses sociétés vont-elles chercher à s’approprier ? Empereur, elfe, laser, nazi (2) ?
Les fans de Lego seront-ils pris d’assaut par la Garde Juridique ?

1. Hogarth parle de Heinlein et de Smith mais je ne suis pas un spécialiste – n’hésitez pas si vous avez des références.
2. Ah non, ça c’est déjà arrivé. Ou pas.

Merci à Grégory Pogorzelski pour le lien. Très chouette illustration par @Albinalvoir les autres.

flattr this!