httpv://www.youtube.com/watch?v=-X4qbkIKt-w

Et moi aussi. Explications et mise en contexte :

L’autre soir, Dame Providence m’a envoyé au théâtre. Bon, en fait de Providence, c’est surtout Sinéad qui m’a traîné dans un centre culturel voir une troupe amateur avec qui elle a collaboré pour un projet. Je dirais pas que j’y suis allé à reculons, mais soyons honnêtes, je n’ai pas non plus bondi de joie.

La pièce — Whose Life is it Anyway? de Brian Clark — s’est révélée émouvante et très bien jouée ; au final j’ai passé une excellente soirée. Je ne vous ferai pas le couplet de la proximité, du contact avec les acteurs, de l’intensité de l’émotion. Ce qui m’a frappé, c’est la narration. Ce que j’ai à dire va certainement paraître idiot à la plupart d’entre vous. En effet, le théâtre et moi ne sommes pas bon voisins : je n’avais pas vu de pièce à proprement parler depuis une dizaine d’années et je n’ai jamais lu que du théâtre classique.

Or là, dès le milieu du premier acte, j’ai été frappé par la façon dont les conventions narratives, les lieux, les ellipses étaient traités. Je vous rassure, il n’y avait rien de post-moderne ou d’ultra-déjanté – juste de petites touches ici et là, pour accélérer l’histoire ou approfondir les personnages. Pourtant j’aurais dû m’y attendre : la BD raconte ses histoires différemment de la littérature, le cinéma ne nous parle pas comme la série télé, alors pourquoi le théâtre ferait-il exception ? En regardant cette pièce, je me suis dit avec ma cervelle de raconteur que j’avais sans doute beaucoup à apprendre des auteurs de théâtre. Je compte bien rattraper une partie de mon retard en lisant des pièces, mais aussi profiter de vivre dans une capitale qui prend la culture au sérieux pour aller voir des trucs qui m’ouvrent les neurones. Et si je fais des découvertes, je vous en ferai profiter.

D’ailleurs, comme vous n’êtes probablement pas aussi inculturés que moi, je suis preneur de vos recommandations. Profitez-en pour nous dire ce que vous pensez du théâtre en tant que média moderne : a-t-il encore sa place au siècle de Youtube ?