Nous y sommes : le col du Tourmalet, le sommet de Space Mountain, le point de non retour. J’ai entamé le chapitre 15 et je suis officiellement dans la deuxième moitié du bouquin.

Normalement, c’est là que les choses deviennent facile : les personnages sont connus (à l’exception de deux d’entre eux, dont un risque de rester dans les coursives du stardrakkar Mjölnir pendant tout le bouquin), les enjeux posés et le troisième acte peut donc se dérouler sur des bases bien établies.

Ça, c’est la théorie. Mon synopsis étant très vague sur ce troisième acte, ça va être un peu de l’impro. Je sens que les trois semaines à venir seront intéressantes. Mais je reste confiant. Jusqu’ici je n’ai pas trop bloqué quand il s’est agi de résoudre sur le moment des problèmes d’intrigue. Je viens de conclure un sous-arc que j’avais ajouté sur un coup de tête – il faudra sans doute l’étoffer un peu pendant la phase de corrections, mais la fin me semble satisfaisante. Un peu mélodramatique peut-être pour un roman de bourrin-fiction, ça reste à décider.

En somme, je mets un pied devant l’autre sans trop savoir où je vais. Est-ce que je vais tomber dans un précipice sans fond et me casser les deux jambes ?

Vous le saurez dans le prochain épisode. Même viking-blog, même viking-heure !

Illustration par Didier Balicevic, inspirée par mon post de la semaine dernière à propos des monstroplantes.