Le 31 octobre, c’est la fête des sorcières, des bonbons et des néo-païens. Mais c’est aussi la veille d’un jour bien particulier pour les écrivains en herbe.

Pour des douzaines de milliers de forçats du clavier, le mois de novembre cède la place sur le calendrier au NaNoWriMo, le National Novel Writing Month. Cette année, je vais encore surfer sur la saine émulation de l’événement pour écrire quelque chose. Je me passerai du badge Winner cette fois encore, puisqu’il s’agit d’un texte de moins de 50 000 mots : un fascicule pour le Carnoplaste, intitulé Le mousquetaire de Mars. L’idée est de rendre hommage à la fois aux planet opera d’Edgar Rice Burroughs et aux aventures de cape et d’épée d’Alexandre Dumas. Je sais, je vise haut. Vous me direz si le pari est réussi dans quelques mois.

Conforté par l’expérience réussie de 2010, je pars à l’aventure avec un minimum de préparation : des personnages esquissés, quelques idées de scènes, une intrigue et un secret que je ne connais pas encore – c’est tout ce que j’ai. Les auteurs de pulps travaillaient bien comme ça, alors pourquoi pas moi ? Reste à voir si je vais pouvoir tenir le rythme, car j’ai espoir de boucler non pas le premier jet, mais le deuxième avant la fin du mois. N’ayant que très peu fait d’écriture littéraire ces derniers mois, je m’attends à un démarrage difficile.

Et vous, les amis, qui participe à la folle aventure du roman en trente jours ? Si vous en êtes, ajoutez-moi en contact qu’on se serre les coudes.