C’est NaNoWriMo dans un peu plus d’un semaine. Pour ceux qui ne s’intéressent pas au monde des apprentis écrivains, le National Novel Writing Month est un défi qui a, en douze ans d’existence, largement dépassé les frontières étasuniennes. (Et qui par conséquent devrait changer de nom, mais ce que j’en dis moi hein.) L’idée est simple : vous avez le mois de novembre pour pondre un roman. 30 jours, 30 nuits, 50,000 mots. Le challenge est tentant et éminemment faisable quand on n’a pas de vrai travail. Mais avec les deadlines qui se profilent et certaines autres complications (Dukan, par exemple), je ne sais pas si c’est une bonne idée. D’autant plus que j’ai déjà le premier jet du roman suscité sur les bras. Mais voilà, il y a une histoire que je veux écrire depuis longtemps déjà, et qui ne prendrait pas bien longtemps à préparer. C’est un cas de tâtage majeur.

Alors je me tourne vers toi, lecteur de passage. Que ferais-tu à ma place ?

Chose promise dans le titre, chose mise à jour sur la page des romans. Voici ce que j’ai pondu ce matin pour présenter mon roman de space-débilopéra.

Star Drakkar, T1 – Capitaine Sven

Dans l’espace, personne ne vous entendra piller.

Telle est la devise des vikings de l’espace, barbares sanguinaires lâchés sur une galaxie qui n’avait plus connu la guerre depuis des siècles. Sven Raknarson est un jeune guerrier qui rêve d’échanges culturels avec les aliens que son peuple massacre allègrement. Quand il hérite du Star Drakkar de son père disparu, il lui faut gagner la confiance d’un équipage largement plus porté sur le pillage que sur la xénoanthropologie. Mais faire régner la terreur dans les étoiles s’avère vite le moindre de ses problèmes. Parti pour venger son père, il va se trouver en position de sauver la civilisation viking toute entière.

Star Drakkar mêle aventures spatiales, humour intergalactique et crânes fendus jusqu’aux dents.