Vous avez toutes les raisons d’éviter Trolls et Légendes. C’est perdu à la frontière belge, il y fait froid, l’orga est cataclysmique (ces amateurs antipathiques font ça depuis presque dix ans). Ils vous nourrissent mal avec de la charcuterie belge et des plats de toute l’Europe. Ils vous font boire de la Cuvée de Trolls et vous forcent à partager vos propres bouteilles avec eux une fois rentrés à l’hôtel.

Le festival lui-même est bondé : fans de BD, de littérature de l’imaginaire, musiciens et gamers à barbe se mélangent au milieu des cosplayers steampunk (une vraie infestation cette année) et des artistes de rue à échasses. Le samedi, a foule est telle qu’on peut à peine accéder aux stands. Si comme moi vous avez accès au bar VIP, vous allez rater tous les concerts parce qu’il y a trop de gens intéressants et/ou célèbres avec qui discuter en buvant des coups. Pourtant, après trois soirées et deux jours de cette folie, vous aurez l’impression de n’avoir vu tout le monde que dix minutes. Et je ne parle pas des amis que vous aurez ratés !

Si vous passez outre mon avertissement, vous n’aurez pas seulement perdu deux jours de votre vie. Il vous faudra trois jours pour vous en remettre sur le plan émotionnel comme sur le plan physique. Pire encore, vous aurez rencontré des gens avec qui vous aurez envie de monter des projets. Des mois entiers de votre futur seront alors compromis !

Non, décidément, évitez Trolls et Légendes en 2015.  Ça fera plus de place pour nous.