Grover Factory Fire, Brockton, par Thoth, God of Knowledge sur Flickr

L’équipe de la webradio Secteur 51 m’a fait l’honneur de mettre en scène une nouvelle à moi dans leur très réussi podcast. Il s’agit d’un petit conte écrit cet été pour une anthologie repoussée à Noël 2013, et qui avait motivé mes recherches de publications SFFF. Mince pies sera d’ailleurs, dans une version quelque peu revue, au sommaire d’un prochain numéro de Présences d’Esprits. [MàJ du 21/05/12 : ça devrait paraître dans le numéro 72 de l’automne.]

Ça ne dure que 16 minutes, mais il y a 40 heures de boulot d’enregistrement, de production et d’effets sonores (sans doute le double du temps que j’ai passé à l’écrire – ils sont fous ces podcasteurs !). Alors si vous écoutez ce conte d’hiver, faites-le dans les meilleurs conditions envisageables : avec une tasse de thé et une assiette de pâtisseries épicées, par exemple.

Écouter Mince pies.

Laissez un commentaire sur :

6 Replies to “Mince pies, un conte SF en version audio

  1. Mais need !
    C’est exactement ce que je veux (faire).
    La diction du mec est moyenne mais les effets sont vraiment sympa.
    N’est pas Marlène Jobert qui veut :)

    • Les deux (d’où mes parenthèses)
      J’adorerais faire ça, en produire ou en écrire mais aussi les écouter, pour peu que le narrateur soit bon. J’ai de très bon souvenirs de livres audio dans ma jeunesse et je prends plaisir à réécouter du texte qui est plus de mon age maintenant.

    • À écouter c’est pas dur – en plus tu pratiqueras ton anglais. À faire, c’est une autre paire de manches, à voir comment FX et son collègue ont bossé sur une histoire de 15,000 signes. Tu peux peut-être les contacter si tu veux te faire la main ?

  2. Moi je ne fais plus que le web et les relations auteur, c’est le réal, gael malry, qui se charge de tout l’audio. Il a étréné du nouveau matos sur cette nouvelle, et je pense que se faire à celui-ci a pas mal impacté sur le temps de travail et la qualité finale du produit. Si tu compares avec Druss (une précédente chronique), il y a beaucoup moins d’effets spéciaux, mais on entend beaucoup mieux le narrateur.

    Après au niveau de la réalisation, demande à Knarf ou à Kobal, c’est pas si compliqué, ca demande juste beaucoup de temps de montage, et donc de la rigueur. d’abord savoir où tu vas, ensuite faire les voix, rérusher, assembler tes morceaux sur la timeline, mettre les effets, exporter. Rien d’inaccessible pour quelqu’un de motivé. On adorerait être une pépinière de podcasteurs sur le secteur 51, seulement jusqu’à présent, personne s’est relevé les manches (enfin si à l’époque où on était diffusés sur les ondes et qu’on avait même des chroniqueurs, mais c’est fini ce temps-là). Monter c’est comme toute activité créative, il faut un peu d’inspiration (ou de talent).

    Moi j’attends de voir si tu seras la prochaine Marlène Jobert, tenue vestimentaire mise à part ;)

Un truc à dire ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Loading Facebook Comments ...

No Trackbacks.