Galaxies numéro 14, couvertureÇa y est, le site de Galaxies s’est paré des couleurs du numéro 14, magnifiquement enluminées par Daniel Dociu. La nouvelle dont j’ai parlé et reparlé ici, Les octets de ma vie, qui a reçu le prix Alain le Bussy 2011 (je ne me lasserai jamais de le répéter, désolé) y figure en bonne place.

Dans son édito, Pierre Gévart dit fort gentiment « Cette nouvelle a retenu l’attention du jury par son thème, que je vous laisse découvrir, mais aussi par son style, et par son écriture résolument inscrite dans la modernité post-geek. » Je ne sais pas si je m’inscris dans la modernité post-geek, mais si je devais pitcher la nouvelle, je dirais que c’est l’histoire d’un amnésique qui remonte sa propre trace grâce à ses mises à jour en ligne, dans un univers qui plante ses racines dans le monde hyperconnecté et ultrasurveillé d’aujourd’hui. Qui trouvera-t-il au fond du disque dur ?

Je terminerai ma branloretape en précisant qu’il y a plein de trucs bien dans ce Galaxies numéro 14 : un beau dossier sur Ugo Bellagamba (avec interview, essai et nouvelle), deux autres nouvelles (de Tom Barlow et Jean-Pierre Fontana) et les habituelles rubriques littéraires et science-fictionesques. 192 pages au format A5, ça tient dans la poche et ça occupe dans le bus. Allons-y la ménagère, 11 euros seulement !

Enfin bref, voilà quoi. Si je vous ai pas dégoûtés avec mes méthodes de camelot, vous trouverez cette belle revue dans les bonnes librairies (il en reste, si, si !) et évidemment directement sur le site.