Free Stories

J’ai commencé à écrire des histoires à zéro euro.

Ici à Dublin, on trouve souvent des stylos par terre. Ils viennent des omniprésents comptoirs de loterie, des bookmakers et des magasins Argos. En les voyant abandonnés comme ça sur les trottoirs mouillés, je suis invariablement envahi d’une certaine tristesse. Je pense à toutes les histoires qu’on pourrait raconter avec. C’est pareil pour les crayons Ikea – je ne peux pas m’empêcher d’en sauver une poignée à chacune de mes visites, en espérant pouvoir leur offrir une vie meilleure. Mais pensez aussi au papier : imaginez les coins de nappes, les dos de tickets de caisse, les marges de journaux servant de support à nos imaginations. Il suffirait de quelques minutes pour y poser une phrase ou deux, et insuffler de la vie dans ce qui ne serait autrement que du déchets.

Voici donc l’idée : écrivons des histoires à budget nul. Ce n’est pas un défi comme ceux que je propose ici d’habitude, mais plutôt un projet artistico-hacker qui a l’avantage de dégourdir les synapses de l’écriture. Un moyen de faire du fun avec du meh. Les règles sont les suivantes :

  • Recyclage : ramassé, recyclé ou emprunté, le matériel ne doit pas avoir été acheté.
  • Écrivage : ne réfléchissez pas. Jetez vos idées sur le papier et arrêtez-vous quand vous n’avez plus de place.
  • Postage : prenez une photo du résultat et mettez-la en ligne. (Et prévenez-moi.)

C’est tout. Si l’idée vous séduit, on pourra faire un site façon Tumblr. Ci-dessus un petit montage d’instagrams de mes deux premières free stories pour vous donner une idée (vous pouvez cliquer sur l’image pour lire, mais je vous préviens c’est pas très bon).

Edit 21h50 : j’ai mentionné les crayons Ikea pour qu’on ne pense pas que je suis un fasciste pro stylos ramassés par terre. 

Edit 18 juin : Le Tumbler est en ligne, il s’appelle Freestoriz. Venez donc y poster vos micronouvelles jetables.